7 déc. 2009

Les Fables des 6è5, à la manière de La Fontaine.

Par :
La raison du plus fort est toujours la la meilleure.
Nous l’allons montrer tout à l’heure.
Un phénix se baladait dans l’air doux,
un dragon survient qui cherchait à manger et à boire :
« Qui te rend si hardi de troubler mon espace aérien ? dit cet animal
plein de rage. Tu seras mangé !
—Sire, répond le phénix, que votre grandeur ne se mette pas en rage.
Mais plutôt qu’elle considère que je me balade dans l’air,
plus de vingt mètres au-dessous d’elle.
Et par conséquent en aucune façon, je ne puis troubler son espace aérien.
Tu le troubles ! reprit cette bête cruelle.
Et je sais que de moi tu médis l’an passé.
—Comment l’aurais-je fais si je ne savais pas voler ?
—Si ce n’est toi, c’est donc ton frère.
—Le quel ? J’ai des frère jumeaux !
—C’est donc bien quelqu’un des tiens,il faut que je me venge. »
Le dragon l’emporte, et puis le mange sans difficulté.
Abdeljalil




La girafe et la fourmi.

La raison du plus fort est toujours la meilleure.
Je vais vous le montrer tout-à-l’heure.

Une fourmi qui se promenait dans les feuilles,
Cherchait son ami l’écureuil.
Une tête surgit devant la fourmi,
Qui, devant cette tête poussa un cri :
« Qui te permet de troubler
Mon espace privé ?
—Sire, répondit la fourmi,
Que votre majesté ne soit pas fâchée,
Mais plutôt qu’elle aille se reposer,
Et qu’après son sommeil bien mérité,
Elle s’aille désaltérer et rassasier,
Pour ne pas me dévorer !
—Mais je te reconnais !
L’an passé tu t’es moquée de mon long cou,
Quand je suit tombé dans le Youyou,
On ne me l’a pas dit mais il faut que je me venge !!!! »
A ces mots, Dame Girafe,
Emporta la fourmi,
Et la mangea,
Sans autre forme de combat.
Lindsey





La souris et le tigre

Une souris marchait sur l’herbe puis
Un tigre arriva disant : « Hé,petite
Tu es sur mon territoire !
—Non !
—Si, c’est chez moi ici et non chez toi.
—S’il vous plaît laissez-moi.
—Je suis une bête tellement sauvage
que l’on me met en cage !!
—Et moi, je ne mange que du gruyère,
Je ne fais que passer sans vous déranger,
Sans toucher aux animaux que vous chassez !
répondit la souris timidement.
—Peu importe, tu es de la viande, donc
tu es a moi !!! »
A ces mots, il la mangea sans hésiter,
comme du gruyère.
Bryan





Le Chat et la Souris

La raison du plus faible est parfois la meilleure.
Nous l’allons montrer tout à l’heure.
Une souris qui cherchait un petit bout de fromage
Dans une maison entendit un bruit.
Le gros chat qu’elle croyait endormi
Venait de se réveiller.
« AH ! hurla le chat. La souris !
—Que fais-tu ici ? demanda le chat.
—Je viens seulement chercher du fromage.
Mais si vous voulez je m’en vais... »
Après réflexion le chat répondit :
« Non, hier matin, tu t’es moquée de moi,
Quand j’ai glissé du canapé.
—Comment pouvais-je vous voir puisque je faisais des courses
Chez le fromager du coin ?
—Si ce n’est toi c’est donc ta sœur.
—Je n’en ai point.
—Si ce n’est-elle... c’est donc quelqu’un des tiens,
Car vous ne m’épargnez pas,
Vous vos sœurs et vos fromages.
On me l’a dit, il faut que je me venge !!! »
Mais malheureusement, pendant que le chat
Parlait, parlait, la souris était partie.
Là dessus, dans la petite maison,
Le chat, penaud, retourna dormir
Sans autre forme de procès.
Coline





La raison du plus fort est toujours la meilleure.
Nous l’allons montrer tout-à-l’heure.
Une souris courait dans tous les sens
Dans un endroit isolé, à la recherche de fromage.
Malheureusement, un chat affamé survint.
« Qu’est-ce qui te rend si courageux pour salir mon territoire ?
—Considérez que je ne le salis pas et que ce n’est pas votre territoire.
Je viens souvent ici mais je ne vous vois jamais.
—Tu le salis ! Et c’est mon territoire !
D’ailleurs, l’an dernier, tu as dit à tout le monde que j’avais un gros nez.
—L’an dernier ? Mais je n’étais pas né !
—C’est quelqu’un de ta famille alors, mais c’est pareil.
Car je sais que vous ne m’aimez pas !
A ces mots, le chat bondit sur la souris et la mangea.
Abdelkrim 




Le guépard et la gazelle

Une petite gazelle entra dans le territoire des guépards,
Sans le savoir. C’était pour se rafraichir dans la pure eau
Qui s’y trouvait.
En une poignée de secondes elle se retrouva prise au piège dans
La ronde des guépards : « Comment oses-tu pénétrer dans notre
Territoire et en plus boire notre eau !
— Je ne savais pas que c’était votre territoire !
— Menteuse, il y a une semaine encore tu t’es aventurée dans
Notre prairie,et quand nous t’avons poursuivie tu
Nous as essoufflés et tu as décampé.
— Il y a une semaine ? Mais je tétais encore le lait de ma mère.
— Arrête de mentir tu ressembles comme deux gouttes d’eux à
Celle qu’on a vue.
— C’était surement quelqu’un des miens, s’il vous plaît,
Laissez-moi partir.
—Certainement pas. Il faut que je me venge ! »
Le guépard emmena la gazelle au fin fond de la savane.
Et la mangea sans autres forme de procès.
Hédi DEVEAU





Une souris mangeait du fromage et un chat avait très faim.
Comme le chat avait très faim il taquina la souris pour la manger,
Disant : « Hé, mais c’est mon fromage que tu manges là !
—Non je l’ai trouvé par terre, répondit la souris
—Arrête de te moquer et de m’embêter, tu m’agaces.
—Je ne t’embête pas, je te dis seulement que ce n’est pas ton fromage.
—Arrête de te moquer de moi ! » répondit le chat affamé.
Le chat a faim, il ne peut plus attendre, il mange la souris sans plus tarder.
Mais tout à coup une deuxième souris surgit.
C’est le père de celle qui vient de se faire manger.
Cette souris est trois fois plus grande que le chat, trois fois plus costaude,
et trois fois plus énervée. Elle s’appelle Triple Souris.
« Hé, tu viens de manger mon fils, tu vas le payer ! dit Triple Souris.
—Je ne l’ai pas mangé, il s’est seulement caché dans mon ventre ! »
Sans l’écouter plus longtemps, Triple Souris mangea le chat.
Jean-Williams





Un oiseau se percha sur le rebord d’une fenêtre.
Le chat, voyant l’oiseau sur son le rebord de fenêtre,
Lui sauta dans les plumes.
L’oiseau, tout paniqué, s’envola le plus loin possible,
Le chat disant :
« Que viens tu faire sur ma fenêtre ?
—Je n’y suis point,
Je suis sur le rebord de votre territoire !!!
—Oui, mais bon ,l’année dernière tu as mangé les graines de choux que ma maitresse a plantées pour me faire de bonnes soupes aux choux.
—Comment l’aurais je fait, je n’étais même pas un œuf !!
—Bon !!!! Mais alors c’était l’un de tes frère !!
—Impossible je n’en ai point !!!
—Miaouuuuuuuu !!!! »
Le chat en eut tellement assez qu’il prit l’oiseau avec ses griffes et le mangea tout cru.
Comme quoi, la raison du plus fort est toujours la meilleure.
Chloé




Le chat et la souris

Une souris vit une maison
Qui lui sembla de bonne taille ,
Elle qui cherchait du fromage
En aperçut sur le bord d’une fenêtre.
Elle qui avait très faim décida
De rentrer dans cette maison.
Soudain un chat bondit sur le sol,
Disant : « Que viens-tu faire sur mon
Territoire ?
—Je suis désolée, maître Chat.
Mais je suis venue pour le fromage gratuit.
—Ah bon ? S’il y avait du fromage gratuit,
Je serais bien au courant.
—D’accord, je crois que je vais m’en aller. »
A ces mots, le chat dévora la souris toute crue.
La raison du plus fort est toujours la meilleure.
Jonnan





La Souris et le Chat

Une souris marche tranquillement,
Soudain elle voit un fromage.
Le chat qui était couché
Se lève et voit la souris.
« Qu’est-ce que tu fais dans mon territoire ?
—Je cherche du fromage !
—Il y a quatre ans tu m’as volé tout mon fromage.
—C’est la première fois que je te vois !
—Alors c’était ton grand-père.
—Il est mort depuis dix ans  !
—Alors c’était ton cousin !
—Il n’est jamais venu ici.
—Eh bien c’était ta mère.
—Elle vit en Afrique du Sud !
—Arrête de mentir ! »
Alors le chat lui sauta dessus et la mangea.
Mohadou FOFANA





Le chat et la souris

Un jour une petite souris cherchait du fromage.
La petite souris vivait dans la forêt.
Elle marchait en sifflant. Un chat apparut.
Le chat dit :
« Mais je te connais !
—Non, je ne te connais pas.
—Je t’ai vue il y a un million d’années ! répondit le chat.
— Il y a un million d’années je n’étais pas née et toi non plus.
—L’autre jour quand j’étais bloqué dans l’arbre et que je suis tombé,
Tu t’es moquée de moi, c’est le dinosaure qui me l’a dit !
On ne pourra jamais être amis. »
La souris déçue passe son chemin.
Quand elle a le dos tourné, le chat lui saute dessus et la dévore.
La raison du plus fort est toujours la meilleure.
Moussa





LE LOUVETEAU ET L’OURS

Un louveteau passant près d’un ruisseau se fit interpeller par un ours.
« halte là ! Hum, qu’est-ce que nous avons là ?
Le petit louveteau qui ose troubler la paix de mon habitat !
—Votre altesse l’ours, je marche tellement près de l’eau
Pour ne pas toucher votre habitat,
Que je suis près de glisser dans le ruisseau.
—Oui, mais tu sais, je ne permettrai pas qu’on dise du mal de moi,
Et d’après ce que l’on m’a rapporté,
Tu en aurais dit l’an passé.
—Eh bien, messire l’ours, si vous me connaissiez,
Vous sauriez que l’an dernier, je n’étais pas né ! »
Sur ces mots, l’ours en fureur mangea le louveteau d’un seul trait.
Comme quoi, la raison du plus fort est toujours la meilleure.
Rita





Le chat et la pieuvre

La raison du plus fort et toujours la meilleure.
Une pieuvre vit un chat
Qui faisait sa sieste dans son jardin.
Le chat la regarda au fond des yeux
Et lui dit : « Sale petite bête,
Est-ce toi qui as touché à ma fourrure l’autre fois ?
—Non,non je vous le jure, ce n’est pas moi !
—En tout cas c’est quelqu’un de ta famille.
—C’est impossible, je n’ai ni sœur ni frère. »
Mais le chat l’emmena dans l’obscurité de la foret
Et le tua.
Sara




LE CHATON ET LE CHIEN

Un chaton qui se baladait dans les champs
A la recherche de sa mère, se trouva nez a nez
Avec un chien endormi.
Le chien se leva et cria :
« Qui te permet de troubler mon sommeil ?
—Personne, lui répondit le chaton,
—Menteur, cria le chien,
L’année dernière encore, tu m’as réveillé !
—Mais sire, je n’étais pas né !
—Si ce n’est pas toi, c’est donc ton frère.
—Monsieur, lequel ? J’en ai trente
Et tous se ressemblent
Comme deux gouttes d’eau !
—Et hier encore mon ami la souris est venue se plaindre de toi !
—Mais je ne chasse pas de souris, je tette encore ma mère.
—Mais quelqu’un doit payer pour avoir troublé mon sommeil. »
Le chien mangea le chaton sans autre forme de procès,
La raison du plus est toujours la meilleure
Le chien bien rassasié repartit se coucher.
Rayane